David LABAU : Le Maroc fait le pari de la Chloroquine !

Télécharger le podcast

David Labau, journaliste pour la Radio Médi1  fait le point sur la situation au Maroc.

Quelle est la la situation globale au Maroc en ce moment ? 

La situation elle est bien sûr source d'inquiétude comme partout dans le monde. Les autorités marocaines ont quand même été assez réactives, ça a été assez vite au moment où le Maroc a décidé d'interrompre le trafic aérien : c’était il y a un mois, ça s'est passé très rapidement. Le Maroc s'est quand même retrouvé assez isolé et puis le confinement a été instauré une dizaine de jours après, donc ça doit être un peu près il y a 3 semaines. 

Le bilan ici n’est pas aussi important qu’en Europe : on est au dernier bilan ce matin à peu près à une centaine de décès et 1500 cas donc l'épidémie semble plus contenue qu'ailleurs dans le monde, heureusement parce qu'on a système sanitaire qui n'est pas du tout optimum. Dans la mesure du possible ce serait bien qu'il y ait un minimum de personnes  dans les hôpitaux : a priori les hôpitaux aujourd'hui ne sont pas débordés. Ce sera peut-être le cas par la suite.

Beaucoup de Français étaient bloqués, tout le monde a été rapatrié ?

Il y avait beaucoup de vacanciers  au Maroc au début du confinement. Lorsque les vols internationaux ont été arrêtés, c’est arrivé assez vite, ça nous a surpris : bien sûr beaucoup  de Français d'autres d'étrangers se sont retrouvés bloqués. Les rapatriements ont été compliqués parce que le trafic était interrompu comme partout dans le monde d'ailleurs. Dire que tout le monde a été rapatrié aujourd'hui, je n'en suis pas certain mais ce que je comprends c'est que les autorités consulaires avec les autorités marocaines ont essayé au fur et à mesure de mettre des avions à disposition pour que progressivement les gens puissent repartir. 

Il y a beaucoup de retraités qui  vont chercher le soleil dans le sud du Maroc avec leur camping-car au sud d'Agadir : ces personnes là aussi  étaient bloquées dans le nord du Maroc y a une dizaine de jours. Elles ont pu repartir en partie par la voie maritime en passant par l’enclave espagnole.

Le Roi du Maroc  s'est adressé à la nation ?

Il y a eu une adresse solennelle du roi. La dernière image c'est le gouvernement que l'on voit à la télévision avec tous les ministres qui portent le masque : c’est obligatoire depuis quelques jours au Maroc. Tu dois en porter dans la rue quand tu sors. Les gens tentent de s'en procurer,  il n'y en a pas forcément suffisamment pour l'instant dans les épiceries, dans les grandes surfaces, mais c'est en train d'être approvisionné effectivement. 



Les autorités marocaines ont-elle réquisitionné de la chloroquine fabriquée dans le pays ?

La chloroquine est au cœur de l'actualité depuis depuis quelques semaines au Maroc avec toutes les réserves que l'on connaît sur l’efficacité du produit : le Maroc fait partie des pays qui ont fait le pari de ce médicament, avec le Sénégal également. C'est un médicament connu en Afrique qui n'est pas si cher que cela :  effectivement le Maroc s’est engagé dans cette voie là et a conservé le stock fabriqué ici.



Est-ce que les marocains portent des masques ?

Un décret rend obligatoire le port du masque. Je vois autour de moi des gens porter des masques depuis un mois : pour acheter le miens, j'ai dû faire quand même plusieurs pharmacies. Je m'en étais pas trop occupé jusqu'à présent et j'ai acheté mon masque avant l'obligation. 

Il y a beaucoup de textile au Maroc, les usines textiles se sont reconverties et elle fabriquent actuellement massivement des masques : par exemple dans le Nord l'association des industries textiles  font tourner les machines à plein régime et elle veulent offrir à la population l’opportunité de porter des masques.



Et l’économie marocaine ? le tourisme ?

L'industrie touristique au Maroc est à l'arrêt : c'est un secteur très important au Maroc. Comme on a aucune visibilité, on ne sait pas pour combien de temps cette économie va être à l’arrêt. C’est la question que tout le monde se pose, comme chez vous en France sur la Côte d'Azur. Le Maroc ne pourra pas compter sur une clientèle locale marocaine. Ceux qui sont dans la survie ne pensent pas aux vacances. Une classe moyenne existe qui voyage dans le pays, bien sûr c'est pas suffisant. L'été, la diaspora marocaine, ces marocains qui sont partis à l'étranger travailler reviennent souvent au pays : ça représente chaque été des millions de personnes qui arrivent chez nous. Là ça dépendra vraiment des mesures de déconfinement, si des gens peuvent voyager à nouveau cet été on aura cette clientèle là qui est très très importante. Les Marocains d'Europe, les Marocains d'ailleurs qui reviennent l'été dans leur pays, pour voir la famille.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article